Boeing a déclaré que son offre de vendre des avions de chasse au Canada ne répondait pas aux exigences d’Ottawa

OTTAWA — Le gouvernement fédéral a déclaré à Boeing que sa proposition de remplacer les CF-18 vieillissants du Canada par une nouvelle flotte d’avions de combat Super Hornet de la compagnie américaine ne répondait pas à ses exigences.

Trois sources de l’industrie et du gouvernement ont déclaré que le message avait été transmis mercredi alors que les deux autres sociétés en lice pour le contrat de 19 milliards de dollars – le géant américain de la défense Lockheed Martin et la société suédoise Saab – savaient qu’elles répondaient aux exigences du gouvernement.

Les entreprises avaient reçu l’ordre de montrer que leur avion de chasse était en mesure de répondre aux exigences militaires pour les missions au pays et à l’étranger, mais aussi que l’obtention du contrat entraînerait des avantages économiques substantiels pour le Canada.

La nouvelle que l’une des deux sociétés américaines en lice pour le contrat n’a pas réussi à répondre à une ou plusieurs de ces exigences est le dernier tournant de ce qui a déjà été une longue et souvent imprévisible route vers le remplacement des CF-18 du Canada.

De nombreux observateurs considéraient le Super Boeing et le F-35 comme la seule véritable concurrence, surtout après que deux autres sociétés européennes se soient retirées de la course.

Bien que le non-respect des exigences par Boeing semble disqualifier le Super Hornet de la compétition, ne laissant en lice que le F-35 de Lockheed Martin et l’avion de chasse Gripen de Saab, aucune des sociétés n’a été informée de son éventuelle présence ou non.

Les trois sources ont toutes obtenu l’anonymat car elles n’étaient pas autorisées à discuter publiquement de ces questions.

Un porte-parole de Boeing a déclaré que la société réserverait ses commentaires en attendant la notification officielle du gouvernement.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 25 novembre 2021.