Retraite : 77 % des Canadiens s’inquiètent des finances de la retraite

TORONTO — Plus des trois quarts des Canadiens approchant ou en préretraite s’inquiètent pour leurs finances, à un moment où de plus en plus de Canadiens prévoient de vieillir à la maison le plus longtemps possible, a révélé un nouveau sondage.

L’enquête du National Institute on Aging (NIA) de l’Université Ryerson,menée en collaboration avec HomeEquity Bank, a révélé que 77 pour cent des Canadiens de 55 à 69 ans s’inquiètent de leur santé financière.

De plus, 79 pour cent des répondants âgés de 55 ans et plus ont révélé que leur revenu de retraite – via les REER, les régimes de retraite et la Sécurité de la vieillesse – ne sera pas suffisant pour être une retraite confortable.

“Déterminer où vivre et recevoir des soins à mesure que nous vieillissons a été une partie particulièrement négligée de la planification financière de la retraite”, a déclaré le Dr Samir Sinha, directeur de la recherche sur les politiques de santé à la NIA, dans un communiqué de presse.

« Ce sont des considérations vitales qui peuvent aussi être coûteuses. Avec la grande majorité des Canadiens exprimant leur intention de vieillir à la maison, au sein de leurs communautés, il est essentiel que nous trouvions des solutions financières et de soins de santé pour rendre cette option confortable, sûre et sécuritaire.

Alors que la pandémie de COVID-19 a révélé certaines lacunes du système de soins de longue durée, 44% des répondants prévoient de vieillir à la maison, mais beaucoup ne comprennent pas pleinement les coûts impliqués, note l’étude.

Près de la moitié des répondants âgés de 45 ans et plus croient que les soins à domicile pour eux-mêmes ou pour un être cher coûteraient environ 1 100 $ par mois, tandis que 37 % pensent que cela coûterait environ 2 000 $ par mois.

En réalité, il en coûte environ 3 000 $ par mois pour fournir des soins à domicile comparables à ceux d’un établissement de soins de longue durée, selon le ministère de la Santé de l’Ontario.

Bonnie-Jeanne MacDonald, directrice de la recherche sur la sécurité financière de la NIA, a déclaré qu’il est important que les Canadiens comprennent les véritables coûts du vieillissement pendant qu’ils planifient leur avenir.

« Les Canadiens qui prennent leur retraite aujourd’hui seront probablement confrontés à des retraites plus longues et plus coûteuses que leurs parents.

Pour aider à leur avenir financier, les chercheurs suggèrent que les Canadiens devraient retarder le versement de tout paiement du Régime de pensions du Canada ou du Régime de rentes du Québec, car les paiements mensuels augmentent avec l’année du report. Par exemple, une personne qui reçoit 1 000 $ par mois à 60 ans recevra 2 218,75 $ par mois si elle attend jusqu’à 70 ans pour commencer à percevoir.

Les chercheurs suggèrent également de tirer parti de la valeur nette du logement et de souscrire une assurance privée de soins de longue durée comme moyens d’aider à la stabilité financière pour les années à venir.