in

Une jeune Chrystia Freeland a impressionné le KGB de la Russie soviétique

Politics Insider pour le 12 octobre 2021 : le passé notable du ministre des Finances ; le pouvoir du premier ministre François Legault; et un lauréat canadien du prix Nobel

Bienvenue dans un aperçu de la Maclean’s Politique Bulletin d’initiés. Inscrivez-vous pour le recevoir directement dans votre boîte de réception le matin.

Le Globe a une histoire révélatrice À propos Chrystia Freeland jeunesse, comment elle a déconcerté le KGB alors qu’elle était étudiante en Ukraine dans les années 1980. Puisant dans les documents des archives soviétiques, Simon Miles montre que les espions soviétiques ont été impressionnés par Freeland – nom de code Frida – alors même qu’ils tentaient de l’empêcher de mettre en relation des militants ukrainiens avec des journalistes étrangers.

Mme Freeland et ses semblables constituaient une menace pour l’Union soviétique – mais qui devait être traitée avec délicatesse : la traiter trop durement pourrait donner du crédit aux histoires « diffamatoires » racontées dans les communautés d’émigrés ukrainiens sur la façon dont le KGB traitait les minorités nationales. en Union soviétique. Selon le KGB, Mme Freeland était plus qu’une simple agitatrice pour, comme l’a dit avec dérision le colonel Stroi, « la libération de l’Ukraine » qui a contraint les citoyens soviétiques à organiser des marches et des rassemblements pour attirer le soutien occidental. Elle a livré de l’argent, du matériel d’enregistrement vidéo et audio, et même un ordinateur personnel à ses contacts en Ukraine. Tout cela s’est déroulé sous l’œil vigilant du KGB, qui a surveillé Mme Freeland. Ses agents l’ont suivie partout où elle allait, ont mis sur écoute ses appels téléphoniques avec des Ukrainiens à l’étranger, ont mis son logement sur écoute, ont lu son courrier et ont demandé à un informateur, nommé Slave, de s’insérer dans le cercle de Mme Freeland et de gagner la confiance du jeune Canadien.

Besoin de nouveaux visages : En parlant de Freeland, Trudeau a déclaré après les élections qu’elle resterait vice-première ministre et ministre des Finances dans son prochain cabinet, ce qui semble, pour le Globe Campbell Clark, un “signal que le reste de l’équipe n’a pas autant d’importance”. Clark pense que certains changements s’imposent.

D’abord et avant tout, il a besoin d’un ministre de la défense qui pense en fait qu’ils sont responsables de la conduite de l’armée, contrairement à M. Sajjan, qui a à plusieurs reprises rejeté la responsabilité de la mauvaise gestion répétée du harcèlement sexuel par l’armée. Mme Freeland a déclaré la semaine dernière que les cuivres ne comprennent toujours pas, alors M. Trudeau a besoin d’un ministre expérimenté, de préférence une femme, qui leur fera comprendre. Peut-être Mme Anand. Il a aussi a besoin d’un ministre de la santé pandémique qui peut être le porte-parole clair et le négociateur énergique avec les provinces que Mme Hajdu n’a pas été.

Devenir négatif : Les Étoiles Althia Raj a une longue lecture révélatrice avec un aperçu de certains des calculs en coulisses qui ont eu lieu lors des récentes élections. Par exemple, à la fin du mois d’août, des libéraux secoués ont décidé qu’ils devaient devenir négatifs parce qu’ils étaient sur le point de perdre contre Erin O’Toole.

Dan Arnold, le directeur de la recherche des libéraux, s’inquiétait de la tendance du soutien à O’Toole. « Si vous regardez son élan et celui de (Trudeau) … il ne semblait certainement pas qu’il se dirigeait vers un bon résultat », a-t-il déclaré au Star. “J’ai été assez franc avec les gens … que la façon dont la trajectoire se déroulait, nous allions perdre la campagne.” Arnold a commencé la réunion avec cette vue d’ensemble. Mais il n’était pas la seule voix à soulever des inquiétudes. L’équipe de campagne recevait des missives – certaines sollicitaient des conseils, d’autres paniquaient et non sollicités – l’exhortant à devenir négative pour changer la tendance.

Retombées de Tofino : La décision de Trudeau de se rendre lui donne l’air «déconnecté» et «sourd», disent les analystes politiques au Temps de colline, mais la plupart d’entre eux pensent qu’il survivra à cette controverse comme d’autres avant elle en raison de sa marque durable, rapports Abbas Ranna dans le Temps de colline.

Besoin de conseils : En parlant de Tofino, dans le Temps de colline Rose LeMay a une colonne réfléchie suggérant que le premier ministre devrait obtenir des conseils d’un cercle d’aînés autochtones.

Assez de Huawei : Plus de 75 pour cent des Canadiens pensent qu’Ottawa devrait interdire Huawei Technologies des télécommunications 5G de ce pays, le Globe rapports.

L’opposition à la présence de Huawei dans la 5G est passée à 76% des répondants de 53% dans un sondage de 2019. La technologie 5G de Huawei a été interdite dans d’autres pays par crainte que le Parti communiste chinois ne l’utilise à des fins d’espionnage. Dans les derniers résultats, seuls 10% des personnes interrogées déclarent que Huawei devrait être autorisé à fournir du matériel pour la 5G, contre 22% dans le sondage de 2019.

Un peu plus dur : Le gouvernement Trudeau semble changer subtilement de ton sur la Chine, Mike Blancfield écrit pour la Presse Canadienne.

Les analystes ont vu des indices d’une approche potentiellement plus dure dans ce qui semblait être une ligne à jeter dans une note de félicitations que le Premier ministre Justin Trudeau a envoyée à son nouvel homologue japonais, Fumio Kishida, la semaine dernière. Trudeau a utilisé à deux reprises l’étiquette «Indo-Pacifique» pour souligner l’importance de coopérer avec le Japon sur des intérêts régionaux partagés. Pour certains observateurs, c’était un signal que le Canada se dirigeait vers une posture plus dure vers les relations futures avec la Chine.

Blancfield est le co-auteur de un nouveau livre sur l’épreuve des deux Michaels.

Legault domine : Dans Maclean’s, Philippe J. Fournier jette un œil à un nouveau sondage Léger qui trouve François Legault avec « 47 % des intentions de vote au Québec, une monstrueuse avance de 27 points sur son plus proche rival, le Parti libéral du Québec ». Legault est si populaire que même les partisans des autres partis veulent qu’il soit premier ministre.

Mauvaise nouvelle pour le Parti libéral : lorsqu’on leur a demandé quel chef de parti ferait le meilleur premier ministre, seulement 45 % des électeurs libéraux ont choisi le chef du PLQ Dominique Anglade. Encore pire pour le chef du PQ Paul St-Pierre-Plamondon: seulement 25 pour cent des électeurs péquistes croient qu’il est le meilleur candidat au poste de premier ministre. En fait, les électeurs péquistes préfèrent même François Legault (38 %) à l’actuel chef péquiste (25 %). Je récure ma mémoire et je ne me souviens pas d’une occasion récente où les électeurs d’un grand parti au Québec ont préféré le chef d’un autre parti au leur. En fait, Paul St-Pierre-Plamondon (3 %) est même derrière le néophyte Éric Duhaime (6 %) dans cette enquête.

Penser à Legault : Dans le Star, Chantal Hébert prend la mesure de la dominance de Legault et souligne que plusieurs Québécois commencent à se demander ce qu’il entend faire de tout son capital politique.

Il n’est pas rare de nos jours d’entendre des spéculations selon lesquelles la seule personne qui pourrait ramener le Québec sur le champ de bataille de l’indépendance serait Legault lui-même. Il y a ceux qui craignent ou espèrent que l’ingénierie d’un tel retour soit le grand projet derrière ses paroles de combat dirigées contre Trudeau et son parti fédéral au pouvoir. Personne ne peut prétendre lire dans les pensées du premier ministre.

Nobel canadien : économiste canadien Carte David a remporté le prix Nobel d’économie lundi pour une recherche pionnière qui a montré que l’augmentation du salaire minimum ne tue pas les emplois et que les immigrants ne réduisent pas les salaires des travailleurs nés dans le pays, CBC rapports.

Nous sommes numéro 1 ! Un nouveau rapport d’un analyste finlandais des télécommunications montre que les Canadiens paient plus pour le service de téléphonie cellulaire que quiconque sur la planète, le Poster rapports.

– Stephen Maher

COVID-19 Ontario : 848 nouveaux cas signalés au cours des deux derniers jours

Un député du PQ isolé après qu’un enfant ait été testé positif au COVID-19