Profil de la circonscription fédérale : Chicoutimi-Le Fjord dans la région du Saguenay-Lac-St-Jean au Québec

La circonscription de Chicoutimi-Le Fjord dans la région du Saguenay-Lac-St-Jean au Québec est peut-être la circonscription de swing ultime.

Lors des quatre dernières élections fédérales, les électeurs ont voté pour des candidats de quatre partis différents : le Bloc Québécois en 2008, le NPD en 2011, les Libéraux en 2015 et le député conservateur Richard Martel lors d’une élection partielle de 2018 et de nouveau en 2019.

La circonscription a également été une sorte de baromètre pour le Québec.

Si l’on se fie au passé, Martel, un ancien entraîneur de hockey et lieutenant québécois du chef conservateur Erin O’Toole, pourrait être dans une bataille serrée pour sa réélection.

En 2019, Martel a battu la candidate du Bloc Québécois Valérie Tremblay par seulement 834 voix alors que le parti souverainiste en plein essor a atteint son meilleur résultat depuis des années.

Cette fois, Martel sera défié dans la course par la candidate bloquiste Julie Bouchard, qui occupait plus récemment le poste de présidente d’un syndicat des travailleurs de la santé. Bouchard a déclaré que les transferts en matière de soins de santé, les prestations aux aînés et le développement économique faisaient partie de ses priorités.

La région, située à quelque 200 kilomètres au nord de Québec, est reconnue pour ses paysages naturels époustouflants dont le fjord du Saguenay. Ses principales industries sont le tourisme, l’agriculture et la foresterie.

Au cours de la première semaine de la campagne, Martel a passé la plupart des premiers jours à l’extérieur de sa circonscription, à assister aux nominations d’autres candidats dans la région et à se rendre à Québec pour présenter O’Toole.

Les conservateurs détenaient 10 sièges au Québec lors de la dissolution. O’Toole a fait une offre pour augmenter ce nombre en promettant un nouveau « contrat » avec la province et en déployant un ensemble de promesses qu’il tiendrait au cours de ses 100 premiers jours au pouvoir, s’il était élu.

Il s’agit notamment de travailler avec la province pour appliquer un projet de loi local en français aux entreprises sous réglementation fédérale, lui donnant plus de pouvoir en matière d’immigration et «respectant le droit du Québec d’adopter ses propres lois pour protéger sa langue et sa culture».

Avant le déclenchement des élections, les conservateurs détenaient 10 des 78 sièges au Québec, deux de moins qu’avant le déclenchement des dernières élections fédérales en 2019. Les conservateurs n’ont pas réussi à obtenir plus de 12 sièges dans la province depuis des années.

O’Toole espère changer cela, en promettant également le financement d’un tunnel sous le fleuve Saint-Laurent qui relierait Québec et Lévis, au Québec, et profiterait aux navetteurs.

Les libéraux ont confirmé que leur candidat est Jean Duplain, tandis que les néo-démocrates présentent Ismaël Raymond, les verts ont choisi Yves Laporte et le Parti populaire du Canada a proposé Jimmy Voyer.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 15 septembre 2021.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises aux Code de conduite. Le Star ne cautionne pas ces opinions.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *