O’Toole promet plus de financement pour la santé mentale aux provinces

BRANTFORD, Ont. – Erin O’Toole dit qu’un gouvernement conservateur travaillerait avec les provinces pour investir dans la santé mentale, leur transférant suffisamment de fonds pour qu’un million de Canadiens supplémentaires reçoivent un traitement chaque année.

L’engagement du chef conservateur intervient au milieu d’une pandémie de COVID-19 qui a fait des ravages sur le bien-être, et fait partie d’une promesse plus large de 60 milliards de dollars de plus en transferts de santé au cours de la prochaine décennie.

Il constitue l’un des cinq « piliers » de la plate-forme électorale du chef conservateur et colore un autoportrait émergent d’un conservateur compatissant axé sur l’emploi et la prospérité ainsi que sur le bien-être et la toxicomanie.

Avant un arrêt de la campagne aujourd’hui à Brantford, en Ontario, O’Toole a réitéré son plan d’offrir un crédit d’impôt aux employeurs pour 25 pour cent du coût de la couverture en santé mentale, de créer une ligne d’assistance téléphonique pour la prévention du suicide et de financer des œuvres de bienfaisance avec 150 millions de dollars en subventions sur trois ans pour offrir des programmes de bien-être.

Une enquête de Statistique Canada de mars a révélé qu’un Canadien sur cinq avait un dépistage positif des symptômes de dépression, d’anxiété ou de trouble de stress post-traumatique après une année de confinement, d’isolement social et de précarité économique.

Le budget libéral d’avril alloue des millions de dollars aux organismes gouvernementaux pour élaborer des normes nationales de service de santé mentale et soutenir des projets de soutien pour les groupes « touchés de manière disproportionnée par COVID-19 », tandis que le NPD promet des soins de santé mentale pour les Canadiens non assurés.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 24 août 2021.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises aux Code de conduite. Le Star ne cautionne pas ces opinions.